Rechercher
  • CP Mag

CP Mag N° 49 - Edito





La rentrée trouble !


Après un été agité, les situations contrastées se multiplient. Un organisateur de salon nous indique avoir reçu de la part de la municipalité un cahier des charges de 54 pages à respecter. Il a jeté l’éponge avec des contraintes à ne plus en plus finir. Alors que tout le monde rentre dans un centre commercial avec un simple masque. Un autre organisateur de même taille (env. 5000 m²) n’a pas reçu ce même cahier des charges mais simplement des consignes élémentaires et faciles à mettre en place.

Le même 29 juillet dans Les Echos on pouvait lire : «... Les foires et salons pourront rouvrir en septembre sans jauge limite. Parce qu’ils ont un effet levier sur de nombreux secteurs de l’économie française, la reprise des événements professionnels était urgente. Le ministre du Commerce extérieur et de l’Attractivité autorisera donc leur tenue dans le respect des gestes barrière et avec une surveillance constante de l’évolution du virus...».


M. Franck Riester Ministre délégué, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité a précisé : «...  Le signal envoyé par le décret - qui devrait être adopté très rapidement - est clair : nous veillons à distinguer les rencontres professionnelles des rassemblements de masse. Nous affichons ainsi le même objectif que nos partenaires allemands et italiens, celui de redonner confiance aux décideurs et aux communautés d’affaires françaises, européennes et internationales... »


Il y a bien une urgence économique qui a réussi à imposer simplement le port du masque, l’utilisation de gel ainsi que l’application des gestes sanitaires élémentaires. Pour les autres c’est compliqué... Nous ne pouvons qu’observer et déplorer qu’il y a deux poids, deux mesures face à une même situation.


Mais nous sommes tous inquiets par le manque de cohésion de nos spécialistes face à un même virus. à décharge ce virus n’a pas d’historique ce qui arrange la crédibilité des diverses déclarations. La vraie force n’est-elle pas d’avoir la sagesse de se taire plutôt que d’avoir un avis avec assurance sur tout ?


Il ne nous reste que les gestes élémentaires de protection. Et plutôt que de perdre notre temps à discuter sur leur efficacité nous devrions dans le doute les appliquer en pensant aux plus vulnérables. Nous voyons bien une inquiétude grandissante de nos ainés. La plus grande partie de la population est exposée que ce soient dans les entreprises, administrations, services de santé, et avec la rentrée l’éducation nationale. Par contre il semblerait que malgré la tendance haussière des cas due à l’accélération des dépistages, la courbe de la mortalité ne suit pas celle des cas dépistés. Le virus a des effets divers selon les individus.  


Dans le milieu de la carte postale les manifestations reprennent, d’autres sont annulées, les clubs hésitent à tenir leur réunion mensuelle et les échanges par correspondance postale reprennent comme les transactions sur internet. Internet est le grand gagnant de cette situation sanitaire. Nous supposons que ceux qui bénéficient d’un service de livraison de courses à domicile vont en profiter pour éviter tout contact physique avec l’extérieur.


Notre virus à nous, la carte postale, nous permet de garder des liens entre nous et de garder un vrai lien chaleureux. N’ayez pas (trop) peur et gardez confiance, cette situation passera bien un jour. Mais quand ?


Marc Ledogar


198 vues